L’épreuve du terrain 2/4 : Casal di Principe, sur les terres des héritiers de Don Peppe Diana

À l'entrée de la ville, un panneau rappelle aux visiteurs que Casal di Principe revendique son engagement contre le crime, avec le slogan "Unis dans la légalité, on grandit" et un hommage au prête Giuseppe Diana, assassiné par la mafia en 1994. (photo : M.D./Coeso)

Par Mathilde Dorcadie

Notre premier « terrain » ensemble a été l’épreuve du feu pour notre binôme. Il a été cependant considérablement facilité par le fait que Fabrice connaissait déjà, et ce depuis de nombreuses années, non seulement la région et les lieux, mais entretenait des relations de confiance avec une grande partie de nos interlocuteurs sur place. (voir Séjour sur les terres libérées de la mafia…)

Dans le billet précédent (voir l’épreuve du terrain 1/4), Fabrice a raconté comment il a préparé ce premier voyage et terrain de recherche.

Le programme s’est avéré très dense, avec pas moins de 8 interviews à réaliser et plusieurs visites de sites à effectuer, sur un rayon kilométrique assez large. L’habitacle de la voiture de location a été à plusieurs reprises, une salle de réunion improvisée.

L’un des défis majeurs pour nous a été la gestion du temps, car il était nécessaire de pouvoir trouver un moment, entre chaque rendez-vous, pour finaliser la préparation des entretiens à venir, mais aussi de « débriefer » régulièrement – et si possible chaque jour – sur ce que nous apprenions, les nouvelles questions soulevées lors de nos rencontres ou constations et qui pouvaient avoir un impact sur l’entretien suivant, ce qu’on aurait peu oublier de faire, ce qu’on aurait pu mieux faire et enfin, sur notre ressenti par rapport au déroulé général des choses. Plusieurs repas ont été consacrés à ces séances de mise au point souvent denses, mais toujours accompagnés d’un verre de bon vin italien, pour stimuler l’esprit !

(Fabrice à l’attaque des questions cruciales)

Tenir chaque jour son carnet de bord

Nous avions la grande ambition de coucher sur papier le déroulé de nos journées et tout le cheminement de pensées. Avant même d’aller sur le terrain, nous avons ouvert un document partagé qu’on a nommé « carnet de bord », avec cette finalité. Pouvoir garder une trace de nos échanges, nos questionnements, nos difficultés, fait à la fois partie du projet, pour l’avenir (pour pouvoir revenir dessus), mais c’est aussi un bon exercice pour nous forcer à formuler mieux nos pensées au fur et à mesure [c’est un sujet sur lequel nous pourrions revenir dans un prochain billet].

Pour en revenir au terrain, les contraintes logistiques en termes de temps, de distance et d’accès à des lieux de réunions devaient donc être prises en compte, afin de faciliter la recherche. Le fait d’avoir eu un véhicule et d’être logés au plus proche des lieux-clés sont des points essentiels quand on veut travailler dans de bonnes conditions, sans être pris par le temps ou le stress.

Je n’ai pas encore parlé de Casal di Principe, mais la ville où nous étions, n’est pas vraiment, si l’on peut dire, une destination prisée des touristes… Bien que proche de la belle Naples, nous sommes là dans l’un des bastions historiques de la Camorra, dans un décor de ville-bunker, cernée par les champs, pas vraiment le meilleur endroit pour trouver un hôtel au charme antique. Les besoins de la cause nous ont donc poussés à vivre l’expérience du pèlerin, puisque nous avons élu domicile pour la semaine… au monastère. Le cadre idéal pour rester studieux !

Un programme riche et varié

Visite de sites, interviews approfondies, discussions à bâtons rompus, événements officiels… la semaine que nous avons passée à Casal di Principe et alentours a été extrêmement instructive pour notre binôme. Nous avons parlé à une bonne vingtaine de personnes, des citoyens, des universitaires, des responsables politiques et associatifs, des usagers/employés de projets liés à des biens confisqués…

Une des mes craintes était que nous risquions d’avoir que des personnes « dans des bureaux », alors que moi j’avais besoin d’avoir du « visuel à raconter » pour mon reportage ! J’ai finalement été très satisfaite et je pense que pour Fabrice aussi c’était important qu’on puisse « voir » et pas seulement « parler », car c’est tout l’intérêt de venir sur place.

Nous reviendrons certainement en détails sur chaque moment, mais voici comment le programme s’est déroulé :

  • Jeudi 1er juillet : comme nous arrivions par Rome, nous avons fait le tour de quelques biens confisqués réutilisés que Fabrice connaissait, ou avait envie de voir et de me montrer. Cela ne faisait pas partie du projet de « terrain », mais touchait le thème de la recherche et cela a constitué une bonne introduction !
  • Vendredi 2 juillet : nous avons visité la coopérative agricole Al di là dei sogni, à Sessa Aurunca, le matin, et rencontré la journaliste Tina Cioffo, originaire de Casal di Principe et qui venait de publier un livre sur le mouvement antimafia local.
  • Samedi 3 juillet : Visite le matin de plusieurs lieux dans le centre-ville, avec notamment des centres d’accueil de jouer et de nuit, La forza del silenzio, pour les jeunes autistes et une boulangerie, puis l’après-midi nous avons mené une longue interview, dans son office, du maire Renato Natale, un résistant à la mafia de longue date.
  • Dimanche 4 juillet : Entretien avec Mauro Baldaccino, qui cumule à la fois les casquettes d’universitaire, de militant et d’enfant du pays. En plus de son histoire personnelle, il nous a beaucoup aidés avec des informations de contexte et des données.
  • Lundi 5 juillet : Le matin était prévue une autre visite de coopérative agricole sociale, où cette fois, nous avons parlé qu’à son directeur Massimo Rocco, qui nous a invité à venir voir également la production de mozzarellas qui commence à l’aube. L’après-midi, nous échangeons avec Maria Laura di Biase, responsable de la gestion du Comitato Don Diana, le centre culturel et social qui est le fer de lance de l’antimafia à l’échelle locale.
  • Mardi 6 juillet : Le dernier jour à Casal a été consacré à un tour final de la ville pour voir une série de biens que nous n’avions pas vus, ou pas vus de l’intérieur. Un employé de la mairie nous a ainsi ouvert les portes de plusieurs écoles, d’un théâtre, d’un futur commissariat, d’un parc municipal, d’un centre de soins pour handicapés… et nous a montré aussi des biens qui ne sont pas encore réutilisés, mais dont la mairie travaille à faire aboutir un projet.
  • Mercredi 7 juillet : Fabrice de retour à Rome, a finalement réussi à mener une interview avec un magistrat qui nous avait fait faux bond à l’aller, la semaine précédente.
(crédit : M.Dorcadie/COESO)


Citer ce billet
Mathilde Dorcadie (2022, 14 février). L’épreuve du terrain 2/4 : Casal di Principe, sur les terres des héritiers de Don Peppe Diana. Usage social des biens confisqués à la mafia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v502

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search