L’épreuve du terrain 3/4 : “l’entre-deux-tours”

Par M.D et F.R.

Qu’avons nous appris de notre premier voyage sur nos façons de travailler ? Quelles ont été les bonnes méthodes que nous avons mises en œuvre ? Que peut-on améliorer sur notre prochain terrain ? 

L’enregistreur vocal, notre nouveau meilleur ami

Nous avons pris l’habitude de nous retrouver à chaque fin de journée, comme évoqué dans le billet précédent (L’épreuve du terrain 2/4), pour compléter ensemble le carnet de bord. Fabrice travaillant les questionnaires des interviews (notamment à les traduire en italien), et Mathilde, à la prise de notes des échanges. Jusqu’au jour où nous n’avions pas eu le temps de faire nos devoirs et nous nous sommes dit que nous les ferions dans la voiture pour aller à un rendez-vous extrêmement matinal à 20 kilomètres de Casal di Principe (la visite de la coopérative agricole « Sur les terres de Don Peppe Diana », en l’occurrence.)

C’est cette fois-là, que pour la première fois, Mathilde a utilisé dans la voiture la dictée vocale de son téléphone pour le carnet. Nous avons trouvé que c’était pratique, mais encore un peu laborieux. Plus tard, l’idée a évolué. À la fois pour être plus efficaces, mais aussi car nous avions beaucoup à nous dire,  nous avons décidé d’enregistrer carrément l’entièreté de la conversation entre nous, afin d’obtenir un résultat encore plus pointu !

En effet, nous nous sommes rendu compte que parler tout en prenant des notes peut ralentir la pensée, quand il s’agit d’une conversation. Plusieurs fois, auparavant, Mathilde devait demander à Fabrice de dire à nouveau ce qu’il venait de dire, car elle n’avait pas eu le temps de taper ce qui venait d’être dit de manière exhaustive. Mais la deuxième formulation s’en trouvait moins spontanée et très vite une certaine frustration a pu s’installer. Le fait de pouvoir exprimer un raisonnement, une argumentation, un ressenti, sans être interrompu ou avoir à le répéter, grâce à l’utilisation d’un enregistreur vocal a été une révélation pour nous, sur la manière de faire des comptes-rendus bien plus intéressants. 

Cette méthode a par contre un désavantage important, car elle suppose un travail supplémentaire de retranscription pour le carnet de bord, une fois de retour. Cela allait ajouter à la charge de travail, une fois de retour, mais revenir « à froid » sur nos échanges « à chaud », a aussi été une expérience qui nous a enrichi dans notre cheminement. 

Nous aurions aimé partager un extrait de notre conversation enregistrée en juillet à Casal di Principe, mais nous ne l’avons pas gardée, ni l’un, ni l’autre, après l’avoir retranscrit dans notre carnet. (Sur le moment, nous ne pensions pas que cela pourrait servir à nouveau pour l’écriture de ce billet!). En revanche, après le deuxième terrain en novembre, comme nous avons enregistré, non pas un debrief, mais TOUS les débriefs, nous allons être en mesure de les partager à l’occasion du post suivant sur notre deuxième voyage.

Transcrire et traduire les interviews : un défi de taille

En plus de préparer la suite, finir le carnet de bord, une nouvelle tâche nous attendait (enfin surtout Fabrice). Nous sommes rentrés avec 5 longues interviews enregistrées et 2 enregistrements de conversation à plusieurs (dites “focus group”), qu’il allait falloir transcrire et traduire.

Pour la recherche, il est fondamental de garder une trace de la matière récoltée et nous avons donc enregistré toutes les interviews que nous avons faites (avec 2 voire 3 enregistreurs). C’était aussi nécessaire, car il fallait aussi que Fabrice traduise a posteriori pour Mathilde les interviews faites en italien. C’est un accord important qui a été passé entre nous, car même s’il y avait une traduction faite par Fabrice sur le moment, il fallait des citations plus précises pour la rédaction de l’article à venir… 

Fabrice a vite compris la difficulté à traduire, car tout d’abord nous avons des interviews très longues, de deux heures chacune. Le travail de traduction est assez fastidieux, même si, selon lui,  cette deuxième écoute est un apport intéressant, car il permet de se replonger avec du recul sur ce qui a été dit. Il faut ensuite traiter par priorité. Fabrice commence par l’interview du magistrat, Federico Cafo de Raho, parce que Mathilde n’a pas pu participer à cet entretien qui s’est déroulé a posteriori, à Rome, car il veut qu’elle ait accès à toutes les sources.

En effet, le directeur de la direction nationale des enquêtes antimafias devait nous donner un créneau lors de notre arrivée à Rome, mais il n’a pas pu. À la fin du terrain, devant rendre la voiture de location à Rome, Fabrice sollicite de nouveau le magistrat, qui est vraiment un grand connaisseur du territoire de Casal di Principe et obtient un rendez-vous, mais sans Mathilde qui est restée à Naples.

L’interview est moins longue (50 minutes) contre 2 heures. Fabrice a décidé de transcrire et traduire simultanément (soir audio en italien >>> texte en français). Il écoute phrase par phrase. Les allers-retours entre le fichier audio et le fichier de traitement de texte prennent beaucoup de temps et d’énergie qu’il faut rajouter à l’exercice de traduction et ce alors que le propos est très construit et clair. Mais il est important de tout traduire. Il met plusieurs jours à faire 6 pages de traduction. Pour la seconde interview, il utilise un logiciel de dictée vocale. Cela aide, mais ça reste très long.



Citer ce billet
Fabrice Rizzoli (2022, 8 mars). L’épreuve du terrain 3/4 : “l’entre-deux-tours” Usage social des biens confisqués à la mafia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v503

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search