L’épreuve du terrain 4/4 : Gênes, deuxième voyage et autre réalité

Par Mathilde Dorcadie

Fabrice a déjà expliqué les raisons pour lesquelles nous sommes partis à Gênes (voir L’épreuve du terrain 1/4). Nous sommes partis finalement en novembre 2021, soit 4 mois après le premier voyage. Ceci était plus dû à nos agendas respectifs qu’en raison d’une actualité particulière qui nous aurait intéressés sur place.

Cette fois, les choses étaient un peu différentes, puisque ni l’un ni l’autre, nous ne connaissions vraiment la ville et les personnes que nous allions rencontrer. Aussi, ce que nous avons appris nous a plus souvent marqués, voire impressionnés, du fait qu’il y avait plus de choses auxquelles nous ne nous attendions pas, en comparaison avec Casal di Principe.

Sur le plan pratique, nous avons exploré le terrain majoritairement à pied, alors que la première fois, il fallait tout faire en voiture. De ce fait, nous étions plus « immergés » dans le terrain, là où à Casal, il s’agissait d’aller plus souvent d’un point à un autre en voiture, d’une interview à une autre. À Gênes, nous passions sans arrêt devant des biens confisqués, utilisés ou non, devant des points de vente de drogues, nous traversions à chaque fois la vieille ville commerçante où tout semblait plus se mêler, le quotidien et l’histoire, la recherche et les moments de quartier libre.

Une complémentarité réussie

 Ce qu’on a appris sur ce terrain s’est révélé très complémentaire avec le premier (voir L’épreuve du terrain 2/4). Nous avons vu des formes d’USBC qu’il n’y avait pas à Casal, par exemple le logement social. La temporalité également différait : à Gênes l’USBC a commencé de manière plus récente. Nous savions déjà avant de venir que le rapport des citoyens à la mafia était différent, mais nous avons constaté que l’engagement des personnes rencontrées était tout aussi fort !

Le programme s’est déroulé comme suit :

  • Mardi 9 novembre : Rencontre avec le référent régional de Libera, Stefano Busi, qui nous a introduit à la situation de la Ligurie, suivi d’un tour dans la ville avec des travailleurs sociaux qui s’occupent de personnes relogées dans des appartements confisqués par la justice à des marchands de sommeil.
  • Mercredi 10 novembre : Rencontre avec un commerçant impliqué depuis très longtemps dans le mouvement qui a poussé pour que les pouvoirs publics prennent concrètement en charge l’USBC. En écho à la conversation qu’on a eu avec lui, nous rencontrons l’après-midi, l’ancienne adjointe de la mairie de Gênes qui a justement été en charge de l’USBC lors de la précédente mandature.
  • Jeudi 11 novembre : La journée est consacrée à la visite de plusieurs biens confisqués avec une rencontre des usagers. Au programme : un local qui sert de « point info » à une association, un autre de salle de cours de langue pour les nouveaux arrivants et un troisième d’atelier de réparation de vélo associatif. Nous avons aussi eu l’occasion de rencontrer un militant, Davide Ghio, qui a mené une campagne (le « chantier de la légalité ») en 2016, et qui nous parle de l’engagement de la société civile, mais aussi nous explique quelques ressorts politiques locaux.
  • Vendredi 12 novembre : Interview avec le responsable de l’association qui fait du logement social. Nous évoquons avec lui un contexte qu’on n’avait pas : les enjeux économiques et sociaux, notamment liés à la question du logement.
  • Samedi 13 novembre : Rencontre avec les jeunes bénévoles de L’égalité, à Sarzana. Bien que nous sortons de Gênes et de sa réalité qui lui est propre, nous avons là l’occasion de parler d’un des exemples d’USBC les plus emblématiques du nord de l’Italie. Les bonnes pratiques développées à Sarzana sont une sources d’inspiration pour le contexte génois.
  • Dimanche 14 novembre : Nous terminons la semaine avec une interview du magistrat Luca Traversa, anciennement militant qui a été précurseur en lançant un observatoire local sur l’USBC.

Pour Mathilde, cette deuxième expérience de terrain est très satisfaisante car ce qu’on a appris du premier terrain nous sert sur le second. Cela nous permets d’aller un peu plus en profondeur dans les questions que l’on pose. Il y a déjà une meilleure maîtrise du sujet, mais aussi de la langue italienne.

Pour Fabrice, c’est également un vrai complément de ce qu’il pouvait déjà connaître, par ces années à travailler sur le sujet antimafia. Mais rien de tel aussi de rencontrer les gens qui peuvent parler de leur vécu, de leur région, de leur point de vue par rapport à une situation locale, qui diffère forcément d’un endroit à un autre.



Citer ce billet
Mathilde Dorcadie (2022, 13 mars). L’épreuve du terrain 4/4 : Gênes, deuxième voyage et autre réalité. Usage social des biens confisqués à la mafia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v504

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search