L’épreuve du terrain 1/4 : la préparation

par Fabrice Rizzoli

Le choix du terrain de recherche

Pour mener à bien notre recherche, j’avais comme critères :

  • Prendre deux terrains différents : géographie, sociologie de la population, représentations sur la mafia et de l’antimafia.
  • Prendre du temps sur chaque terrain en privilégiant des interviews longues. Il nous fallait donc des intervenants qui pratiquent l’Usage Social des Biens Confisqués (USCB) depuis un certain temps. Lorsqu’on le parle d’USBC en Italie, une région se détache : la Sicile, qui concentre à elle seule 40% de des confiscations et de très nombreux exemples de redistributions réussies et pérennes, en particulier les exploitations agricoles.

Mais il existe d’autres cas d’école.

Le premier terrain envisagé comportait un intérêt puisqu’il est déjà un exemple de réussite d’application en matière d’USBC. Il s’agit de se rendre à Casale di Principe, dans la région Campanie, au sud de l’Italie. Le second intérêt est que je connais ce lieu depuis 6 ans. Je m’y suis rendu en 2016 et 2019 (cf. Séjour sur les terres libérées de la mafia : mieux faire face à la grande criminalité en France) et j’ai pu constater l’application de la loi sur place et la richesses de ses acteurs. Il y a aussi une profusion des sources avec un observatoire des biens confisqués de la région qui a produit un rapport.

Le second terrain doit être différent et donc il faut trouver une ville du Nord de l’Italie. Au Nord, même si les confiscations sont légions, elles sont bien moins importantes que dans le Sud et surtout les exemples d’usage social sont moins nombreux et moins connus. Le Nord de l’Italie a une autre sociologie, plus riche et qui peine à reconnaître la présence de la mafia sur son territoire.

J’hésite entre Milan et Gênes. Milan est la capitale économique avec des sources sur l’USBC, grâce au travail du professeur Nando Dalla Chiesa, spécialiste du crime organisé. Je connais aussi la ville de Corsico en banlieue milanaise qui a mis en place, sous la mandature de Maria Ferrucci (2010-2015), un plan d’animation des biens confisqués dans la ville.

Gênes est une ville intéressante. Plus riche que le sud, mais avec un fort accent populaire en raison de sa situation portuaire. Il s’agit d’une ville dans laquelle il a fallu attendre 2017 pour qu’un tribunal reconnaisse officiellement l’existence de la mafia.

Pourtant, depuis une dizaine d’années, la justice confisque des biens. Quelques exemples d’utilisation sociale sont connus. Mais ce qui attire l’attention, ce sont les périodes cycliques de contestation de la part des associations sur la gestion des biens confisqués (biens non utilisés, biens avec des familles mafieuses encore occupantes, bien utilisé socialement puis abandonné à nouveau, etc.) Récemment encore, des acteurs du monde associatif se plaignent face caméra de ne pas pouvoir utiliser des biens confisqués, car ils ne sont pas disponibles. D’autres images semblent montrer que des biens confisqués seront encore gênés par le mafieux ou en tout cas illégalement occupés.

Cela attire mon attention et il m’apparaît important d’étudier ces difficultés. Je sais également qu’on pourra s’appuyer sur l’association antimafia Libera à Gènes, qui a fait un travail important ces 5 dernières années.

Février- juin 2021 : la collaboration pré-terrain

Samedi 13 février 2021 : réunion de travail à Bruxelles. Tout est mis sur la table entre la journaliste et le chercheur. Les terrains, le calendrier prévisionnel, la typologie des interlocuteurs présélectionnés.

Je présente un plan général pour les interviews : 5 jours sur place pour des entretiens de 2 heures expliquant à Mathilde le besoin de bien les préparer ensemble en amont, ayant besoin de ses compétences et afin de bien intégrer ses besoins de journaliste.

Mathilde revient sur les possibles contraintes liées à la traduction puisqu’elle ne parle pas l’italien. Je la rassure sur la possibilité que Mathilde comprenne les retours des interviewés (elle parle déjà portugais). J’ai l’habitude de traduire de l’italien vers le français. Je ferai une traduction au file de l’eau. De toutes façons, tous les entretiens sont enregistrés en italien et peuvent faire l’objet d’une traduction ciblée pour la construction de nos papiers.

De mars à juin, je fais notre planning et avons plusieurs réunions en ligne pour discuter des ajustements. Et préparer de manière collaborative des questionnaires pour chacun de nos interlocuteurs.

Mathilde, très intéressée par le sujet, souhaiterait faire des micros-trottoirs et des petites vidéo. Je pense que nous n’aurons pas le temps : ça sera donc à voir sur le terrain.

Le choix des personnes interviewées : typologie

Je propose une typologie qui tient compte de l’engagement de faire des focus groupe dans le projet et dont je sais la totale faisabilité sur Casal di Principe. Je ne suis pas encore certain de respecter la symétrie des catégories d’interlocuteurs sur le seconde terrain.

Cependant, mes premières recherches me donnent espoir. Nous décidons qu’il faut absolument faire le maximum pour avoir la parité dans les personnes que nous interrogeons, mais aussi de privilégier des acteurs qui vivent et/ou ont grandi sur le territoire. L’idée n’est pas d’avoir l’avis d’un expert sur l’USBC, mais d’avoir l’avis d’un.e citoyen.ne qui pratique l’USBC ET qui connaît le territoire avant et après l’application de la loi.

La typologie retenue est la suivante :

1. Un ou une élu.e qui a pour mission de faire vivre les biens confisqués

2. Un.e acteur.trice militant.e qui travaille ou anime une bien confisqué

3. Un.e acteur/trice de la vie économique en charge d’un bien confisqué (ex.: directeur/trice de coopérative ou d’association)

4. Un focus groupe avec des salarié.e.s qui travaillent dans un bien confisqué

5. Un.e magistrat.e qui connaît de la région et sa criminalité, privilégiant une personne qui a vécu sur le terrain d’étude

6. Un.e expert.E des biens confisqués originaire de la région

8. Un.e journaliste de la région

7. Un focus groupe des citoyen.ne.s usagers d’un bien confisqués

Le choix de faire les terrains rapidement

Le projet de recherche débute en juin et il est décidé en commun de partir dès début juillet, tant en raison de nos agendas que de la situation sanitaire (il y a une fenêtre d’assouplissement dans les restrictions de voyage et il est préférable de ne pas trop attendre).

À Casal di Principe, nous pouvons nous appuyer sur le Comitato Don Diana, un consortium d’associations et de coopératives afin de préparer notre semaine d’itv. Il est décidé de faire le second terrain à Gênes, mais très vite, il sera décidé de le faire lors de la semaine des vacances de la Toussaint.

Début juillet, en route pour notre premier terrain.



Citer ce billet
Mathilde Dorcadie (2022, 10 février). L’épreuve du terrain 1/4 : la préparation. Usage social des biens confisqués à la mafia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v501

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search