Démarrer une recherche sur un même sujet à partir de points de départ différents

Par Mathilde Dorcadie

Pour celles et ceux qui connaissent déjà notre projet, nous avons déjà dit que cette recherche est menée par deux profils différents : un chercheur en sciences politiques et sociales et une journaliste. Mais en plus de nos différentes méthodes de travail et approches vis à vis du sujet, il y a un point que nous avons souhaité mettre en avant dans ce qui constitue notre binôme. Il s’agit de la différence importante de connaissances que nous avions de notre champ de recherche quand nous l’avons commencé.

D’un côté, Fabrice Rizzoli travaille depuis plus de 15 ans sur l’Italie et le crime organisé, tandis que j’ai moi-même pratiquement jamais travaillé sur ces sujets, à l’aube du lancement du projet. Ceci a été un choix délibéré, justement pour stimuler le travail commun, mais aussi le travail individuel. Nous allons expliquer ici pourquoi et comment.  

L’expert et la novice

Quand Cafébabel m’a proposé de travailler avec Fabrice, j’ai répondu qu’il y avait des confrères/consœurs certainement plus connaisseurs du sujet et même de l’Italie en général que moi. Mais, pour le projet COESO, il était justement important qu’il y ait un regard suffisamment neuf pour que le chercheur puisse apprendre à orienter la restitution de son étude en se concentrant principalement sur les points qui peuvent intéresser le grand public et donc sortir de sa « bulle d’expert », celle qu’il côtoie depuis des années et où il peut se retrouver à n’échanger qu’avec des interlocuteurs « qui savent déjà de quoi il parle ».

Pour la journaliste, il s’agit de faire l’expérience de se « constituer une expertise » au fil de la recherche, en partant d’une base de connaissance la plus « neutre » possible, pour pouvoir ensuite analyser son cheminement dans le cadre d’une restitution sur le processus de notre recherche. En tant que journaliste, notre métier nous conduit régulièrement à prendre à bras le corps des sujets sur lesquels nous n’avons jamais travaillé auparavant (sur la demande d’une rédaction, par intérêt pour une thématique, après avoir eu une connaissance d’une information qui demande à être analysée, confirmée…etc.)

Cela étant, on peut être profane sur les tenants et aboutissants d’un sujet, sans être inexpérimenté sur la compréhension des phénomènes socio-économiques à l’échelle macro ou microéconomiques, les rouages des systèmes politico-judiciaires ou encore les méthodes d’enquêtes journalistiques. Ma candidature à ce projet n’était donc pas lestée d’un handicap (ayant, de plus, 10 ans d’expérience, dont plus de la moitié passé à l’étranger, en tant que journaliste et rédactrice en chef), mais au contraire, peut permettre de rendre plus intéressant encore notre travail en binôme et la méta-étude à laquelle nous participons pour COESO.

Travail préparatoire

Un des défis majeurs de la première phase du projet a été de me documenter sur le sujet (et de manière concomitante, me mettre à l’apprentissage de l’italien !) Et c’est là que travailler avec un expert du sujet rend les choses plus faciles. J’ai donc pu demander à mon binôme une bibliographie et divers conseils de lecture et reportages à visionner, qu’il serait bien long de donner ici de manière exhaustive. Une liste qui s’est complétée avec le temps, au fil de nos recherches, en commun et chacun de notre côté.

En cela, il n’y a rien de différent au travail que j’entreprends avant chaque projet journalistique d’ampleur (comme lorsque j’ai préparé des reportages en Ukraine ou en Algérie, pays que je connaissais très peu avant de partir). Je peux aussi dire que j’avais participé à un premier séminaire, dans la région de Naples, animé par Fabrice à peine quelques mois avant la concrétisation du projet et que j’avais aussi cette expérience « extra-documentaire » à mon actif.

Afin, toutefois, de ne pas laisser le lecteur sur sa faim, voici les ouvrages les plus importants que que j’ai lus (en français), ces derniers mois :

Les autres étant plutôt destinés à ma culture générale…



Citer ce billet
Mathilde Dorcadie (2022, 9 février). Démarrer une recherche sur un même sujet à partir de points de départ différents. Usage social des biens confisqués à la mafia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v500

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search